Les extra-terrestres

La prochaine révolution scientifique ?

Les extra-terrestres

Certaines découvertes bouleversent notre conception du monde.

Le plus souvent, nous n’avons pas conscience de ces boulversements tellement nous les avons intégrés à nos modes de pensées.

Ainsi, un homme du XXIème siècle qui lève les yeux vers le ciel voit-il la lune, un satellite de la terre qui elle-même tourne autour du soleil qui lui-même tourne autour du centre de la galaxie qui elle même tourne... Il voit aussi des étoiles, familier du Big Bang, il sait que ces étoiles s’éloignent et que la lumière que nous en percevons a été émise il y a des milliards d’années...extra-terrestre-ovni

Cet homme du XXIème siècle n’a plus conscience que nombre de ses ancètres voyaient eux une déesse dans la lune, des âmes ou des bijoux en lieu et place des étoiles...

Copernic, Galilée, Darwin, Freud, Pasteur, Einstein, ADN, Big Bang... chacun de ces noms nous est familier et témoigne d’une révolution de nos modes de pensée. Le monde était différent avant eux et après eux !

Les derniers siècles ont été riches en découvertes, mais la source semblerait presque se tarir. La technique progresse à grands pas, chaque découverte passée est de mieux en mieux exploitée, mais notre compréhension du monde n’évolue plus vraiment.

N’y a-t-il plus de découvertes à réaliser ou bien manque-t-on de découvreurs ? Difficile d’y répondre mais il me semble que nos sociétés encouragent plus naturellement le raffinement à l’extrême des techniques existantes (avec d’ailleurs une ingéniosité remarquable) que les découvertes vraiment nouvelles.

Quel dommage ! Pour conjurer cette société technicienne, je me surprends à imaginer ce que pourrait représenter une rencontre avec une civilisation extra-terrestre. Il s’agirait à n’en pas douter d’un séisme majeur de la pensée qui pourrait certainement ramener la révolution copernicienne au rang de soubresaut de la pensée.

Une telle rencontre suppose en premier lieu de pouvoir franchir les années lumières de distance qui nous séparent d’une telle civilisation et donc un bond technologique difficile à imaginer encore aujourd’hui. Il est difficile de savoir si nos sociétés technologiques épuisent la planète doucement mais sûrement ou si elles permettront au contraire à des milliards d’hommes de cohabiter sur la même planète. Une telle rencontre signifierait en premier lieu que la voie technologique a de l’avenir...

"L’élévation de la complexité technique ne produit pas plus de sens que l’élévation de la température dans la casserole." M.G. Dantec

Finissons sur une vidéo qui vous laissera... infiniment humble et petit...

... et un texte qui enfoncera le clou si besoin.

L’estimation à la Fermi du nombre de civilisations extraterrestres dans notre galaxie porte aujourd’hui le nom d’équation de Drake. Elle comporte une succession de facteurs tels que le nombre d’étoiles crées chaque année, la fraction des étoiles qui ont des planètes habitables, la fraction de celles-ci où la vie apparaît, et la durée de vie d’une civilisation capable de communiquer sur des distances interstellaires. On fait généralement l’hypothèse que la Terre n’est pas exceptionnelle, c’est-à-dire que chaque étoile possède de l’ordre d’une planète où la vie apparaît. Selon les estimations, on trouve entre 100 et 10000 civilisations extraterrestres dans notre environnement immédiat. Si on étend ce calcul à tout l’Univers visible, il faut multiplier ce chiffre par 100 milliards !

Parmi les nombreuses courses est-ouest de la guerre froide, il y avait notamment la recherche des extraterrestres. C’est dans ce contexte qu’est né le projet américain « Search for Extra-Terrestrial Intelligence » (SETI), pendant que les Russes avaient un projet similaire. Et en tout ce temps, personne n’a rien vu : « Mais où sont-ils ? ». On admet généralement que les difficultés technologiques liées aux voyages interstellaires ne peuvent pas être la réponse. Il y a là-haut des systèmes solaires deux fois plus âgés que le notre, ce qui permet d’imaginer qu’il existe des technologies autant supérieures à la notre, que la notre est supérieure à celle des algues bleues. Bref, c’est un vrai mystère.

L’explication la plus simple serait que notre forme de vie est très rare. Et il n’y aurait que deux explications possibles : soit il y a dans l’évolution de la vie terrestre une étape que nous avons déjà traversée qui était hautement improbable, soit la durée de vie d’une civilisation à haute technologie est très courte. Dans un texte intéressant, Nick Bostrom explique pourquoi il espère qu’on ne trouvera pas trace de vie sur Mars. Si on trouvait de la vie sur la première planète qu’on explore autre que la terre, ça voudrait dire que la vie est un phénomène banal dans l’Univers. Tout cela augmenterait la vraisemblance du deuxième scénario, et nos jours seraient comptés.

Source : QI 132

Haut de page <