Cyber-massacre

Votre ordinateur n’y est pour rien

Cyber-massacre

(source Magazine Psychologie)

La relation peut parfois tourner au drame. Le geste de cet habitant d’Issaquah, non loin de chez Bill Gates, en témoigne : il a abattu son ordinateur de quatre balles dans le disque dur, plus une fatale dans l’écran.
bean-informatique

De plus en plus présent dans notre quotidien, nous entretenons avec l’ordinateur des relations d’amour ou de haine, en fonction des circonstances. Souvenez-vous de votre dernière panne au pire des moments Deux chercheurs de l’université de Stanford vont même plus loin. Selon eux, " notre inconscient étend aux interactions avec l’ordinateur toutes les règles de l’interaction sociale entre deux êtres humains ". Ils ont constaté que la politesse, la flatterie et le sexisme, par exemple, sont souvent appliqués à l’objet. " Nous attribuons à l’ordinateur une " présence sociale " à laquelle nous réagissons comme à celle d’une autre personne. " Bill Gates, très intéressé, n’a pas manqué d’embaucher les deux spécialistes. Il a sans doute vite imaginé qu’il deviendrait intéressant de manipuler les émotions des utilisateurs, pour son plus grand profit. Demain peut-être, le correcteur orthographique soulignera les fautes, mais félicitera aussi pour les orthographes sans faille ! De là à parler d’une " informatique affective ", il n’y a qu’un pas. Son objet est de " reconnaître les états affectifs d’un utilisateur et d’y répondre de façon appropriée ". Un premier test tout simple a montré que les utilisateurs changeaient totalement leur perception de leur ordinateur défaillant, quand celui-ci s’excusait !

(septembre 99)

Haut de page <