Vivre comme si...

chaque minute serait la dernière ? la première ?

Vivre comme si...

Vivre comme si chaque minute était la dernière

Ce que je regrette dans cette idée ce n’est pas tant la louable ambition de vivre pleinement mais plutôt le présupposé qui se cache derrière.

Souvent lorsque l’on rencontre cette idée se cache l’idée soeur qu’il y a une vraie urgence a faire ce qu’il nous plait, que ce qui n’est pas fait maintenant est peut être perdu et qu’il faut dès à présent profiter au maximum.bourgeon-vie-vivre

Tout est permis dans cette idée qui ne voit guère plus loin que le bout de son nez.

Dans cette idée, les autres sont des obstacles à notre accomplissement au lieu d’être les rappels d’une réalité avec laquelle il faut composer.

Malheureusement cette idée traduit parfois une philosophie de la vie.

C’est le premier jour du reste de ta vie

C’est le thème d’une chanson d’Etienne Daho que je vous recommannde.

Je trouve qu’il y a plus de potentialités dans cette manière d’envisager l’avenir. Nous portons tous le fardeau de nos deuils, de nos remords, de nos échecs, de nos peurs. Envisager chaque jour comme le premier tout à coup nous allège de ces poids, nous apporte une bouffée d’optimisme, une subtile dose d’énergie et la possibilité de respecter notre rythme.
Que demander de plus pour garder le cap vers la croissance ?

"J’aime vraiment la vie. Il faut vivre comme si c’était le premier jour, comme si l’on sortait de la mort et qu’on voulait tout embrasser. Il faut se jeter dans les choses sans savoir. " le ténor mexicain Rolando Villazon

"Ce que tu veux avoir fait avant de mourir, commence le aujourd’hui."

Haut de page <